Dominer son chien

Ce que j'ai visionné aujourd'hui était affligeant : j'ai vu un éducateur canin, dont je terrai le nom, mettre un chien sur le dos et le maintenir ainsi avec une main sur sa gorge et une sur le bas ventre, persuadé (de bonne fois ?) agir ainsi par amour pour le chien, sans lui occasionner ni violence physique ni violence psychologique et affirmer que cette méthode il l'avait inventée en observant les chiens. Et bien nous n'avons sans doute pas regardé les mêmes chiens !

Lors de rencontres entre chiens, j'ai effectivement vu, tout comme vous sans doute, des chiens dans cette position, couché sur le dos, offrant leur ventre et leur gorge à l'autre chien, qui parfois les chevauche. Le chien qui est dans cette posture est très vulnérable, mal à l'aise, souvent il se lèche les babines, toute sa gestuelle montre son inconfort et les signaux qu'il émet sont tous tournés vers l'apaisement.

En revanche ce que je n'ai jamais vu c'est un chien capable d'en mettre un autre dans cette position. Essayez donc de vous mettre à quatre patte, de ne pas vous servir de vos mains (rappelons à ceux qui l'auraient oubliés que les chiens n'ont pas de mains !) et de mettre un chien sur le dos... Impossible, même si vous faites 30 kg de plus que votre chien... évidemment !! Parce qu'aucun chien n'a jamais mis un autre chien dans cette posture par la force, la violence ou la contrainte. Parce que les chiens n'ont pas appris de prises de Karaté qui leur permettraient cet exploit. L'observateur averti a pu voir que c'est le chien qui se sent en situation d'infériorité qui va adopter cette posture de lui-même, signifiant par la même qu'il se soumet et reconnaît la supériorité de « son adversaire ».

Dès lors quand un humain met son chien sur le dos pour le soumettre, par la contrainte forcément, cela n'a, pour le chien, aucune signification, il n'en retiendra qu'une chose c'est que ces humains sont décidément bien étranges. En tout cas une chose est sure quand vous mettez votre chien sur le dos, cela ne signifie pas, pour lui, qu'il est soumis, tout au plus accepte t il vos lubies sans rien y comprendre. Mais me direz vous « à défaut qu'il soit soumis au moins suis-je le dominant » : et je vous répondrais « non vous êtes le plus fort ». Mais voulez vous vraiment baser les relations avec votre chien sur la force. Si oui pensez vous que votre enfant sera plus fort que votre chien ? bien sûr que non. C'est une des raisons pour lesquelles baser sa relation avec son chien sur le force, me semble, non seulement une erreur mais encore dangereux.

Vous n'êtes toujours pas convaincus : Imaginez un roi devant lequel la coutume veut qu'on se prosterne. Supposons qu'un opposant refuse, il y a fort à parier que des gardes armés vont l'y contraindre par la force : croyez vous vraiment qu'il se soumet par ce geste forcé à l'autorité du roi ? Il est en situation de faiblesse certes et il exécute le rituel de déférence mais est il soumit pour autant ? Son esprit a t il cessé de lutter par l'adoption contrainte d'une posture de soumission ? Je ne le crois pas. Et le chien n'est pas différent de cet opposant que l'on contraint mais dont l'esprit reste libre.

Aussi je pense qu'il est plus intelligent de se faire respecter de son chien par une autorité instaurée en douceur mais cohérente et consenti par le chien, que de vouloir le soumettre par la force, il n'y a en effet pas meilleure moyen pour en faire un rebelle.

Frédérique BASTIDON
Un monde d'amis
Juillet 2012