L'outil ne fait pas le moine

Je vois de plus en plus sur les murs de mes amis FB, des photos ou vidéo de chevaux monté sans embouchure, et ces mêmes amis de s'extasier devant tant de douceur, coopération, et respect, et pourtant... je ne peux m'empêcher de penser à 2 choses :

Premièrement lorsque j'avais une 15aine d'année j'ai eu la chance de voir une monitrice d'équitation monter un cheval du club, nu : sans licol ni selle. C'était magnifique ce qu'elle parvenait à obtenir de ce cheval sans rien, ni cravache ni éperon, juste le poids du corps, et le placement des jambes... C'était splendide, sans aucune contrainte apparente, ni violence bien sûr. Une osmose parfaite, pour mes yeux d'ado ignorante.

Oui mais c'était il y a 30 ans et à cette époque l'éducation positive pour les chevaux qui se développe difficilement aujourd'hui, était quasi inexistante en France. De plus ce cheval était une ancienne monture de corrida, milieu dans lequel l'éducation positive n'avait (n'a sans doute ?) guère sa place.

Alors comment est ce possible ? C'est ce que l'on appelle l'état de détresse acquise : l'usage de la violence et l'impossibilité de s'y soustraire,  conduit l'animal à adopter une attitude passive et résignée. Plus besoin d'outil coercitif, il exécutait tout ce que son cavalier lui demandait, sans tenter de s'y soustraire, quand bien même il en avait l'occasion. D'ailleurs qui n'a jamais vu un chien, dressé au collier étrangleur, marcher sans laisse ni collier au côté de son maître ? Et combien de maîtres en admiration devant une telle obéissance tandis que ce pauvre animal n'ose plus bouger une oreille ?  (pour en savoir plus sur l'état de détresse acquise : http://marie-perrin-comportementaliste.blogspot.fr/2013/06/letat-de-detresse-acquise.html)

Ainsi il ne suffit pas de monter sans mors ou d'avoir son chien au pied sans laisse ni collier pour être dans de l'éducation positive. Le résultat visible d'une éducation ne nous dit pas comment l'animal a été éduqué, quel chemin a été parcouru pour en arriver là.

Deuxièmement, je pense à ces dauphins, orques et autres mammifères marins, éduqué au clicker et pourtant si peu respecté. Parce qu'il ne suffit pas d'utiliser le clicker pour être dans de l'éducation positive. Être positif ce n'est pas juste utiliser la nourriture et le clicker pour un phoque, un collier plat pour un chien ou un licol pour un cheval etc...Si vous affamez l'animal, niez les désirs et besoins propre à son espèce, alors, quelque soit l'outil que vous utilisez vous n'êtes pas en positif.

spectacle-les-orques.jpg

Mais alors comment faire ? Garder les yeux ouverts et l'esprit critique devant des photos qui ne nous renseignent sur rien quant aux méthodes employées.

Demander comment a été appris tel comportement et surtout, regarder, observer l'animal et ses attitudes (qui en disent long), les gestes de l'humain. S'interroger sur les conditions de vie des animaux dressés : un cheval dans un box ou seul au pré ? Un dauphin dans une piscine ? Un chien cliqué pour apprendre la cage et qui y reste 8h par jour ? etc...

En résumé : réfléchissez avant de vous enthousiasmer !

Frédérique BASTIDON
Un monde d'amis
Septembre 2015