Ce que je pense des associations de protection animale

L'autre jour mon véto me disait qu'il n'aimait guère les associations de protections animales qui, selon lui, déresponsabilisent les propriétaires de chiens, qui peuvent ainsi se "débarrasser" de leur animal de compagnie, sans culpabiliser, puisque quelqu'un le prend en charge.

Personnellement je suis convaincue que les associations de protection animale se sont développées avec la prise de conscience de la souffrance animale. Les abandons existaient bien avant l'apparition des associations de protection animale, certes en moins grands nombres puisque les animaux de compagnies ne peuplaient pas encore nos foyers comme aujourd'hui.

Les gens n'abandonnent pas leur chien parce qu'il existe des associations pour s'en occuper et ce n'est nullement l'existence des associations qui créait le phénomène d'abandon que nous connaissons en France.

Quand les restos du cœur ont ouvert leurs portes, ils ont étés le résultat d'un constat de pauvreté et une prise de conscience de la souffrance dans laquelle certaines personnes pouvaient se trouver. Ils n'ont pas crée le problème, ils n'ont fait qu'y répondre et tenter d'apporter des solutions. Il en va de même des associations de protection animales qui sont apparues pour faire face au problème des abandons.

abandon.jpgAinsi les associations de protection animales non seulement ne génèrent pas plus d'abandon mais au contraire les font diminuer. En effet (selon 30 million d'amis) en 1976, on estimait à environ 400 000 le nombre d'abandons annuels en France de chats et de chiens. Aujourd'hui, il est d'environ 100 000. Alors bien sûr, c'est encore beaucoup trop, mais grâce aux actions et campagnes des associations de protection animale les abandons diminuent. Grâce à ces actions les droits des animaux sont petit à petit plus nombreux pour aller peut être un jour, vers un vrai statut de l'animal de compagnie.

En résumé j'aimerais saluer le travail formidable de ces associations, confrontées trop souvent à la lâcheté des hommes, qui trouvent n'importe quel prétexte pour se défaire de leur animal: Je n'ai plus de temps (mais quel temps accordera-t-on à ce chien au refuge ?) je divorce pourquoi le chat devrait il en faire les frais ?) je déménage (est il possible que la cage du refuge soit plus luxueuse que votre nouveau logis ?)... j'en passe et des biens pires.

Alors sans doute que bien des gens lorsqu'ils abandonnent leur chien ou leur chat sont persuadés, ou plutôt se persuadent, qu'il trouvera une « meilleure famille ». Mais il n'est nul besoin d'association pour se cacher la vérité, il n'est nul besoin d'associations pour se donner bonne conscience ou se voiler la face. Les parents du Petit Poucet ne se convainquent ils pas qu'abandonner leurs enfants est la meilleure solution ? Avant de partir d'un refuge en laissant derrière vous votre compagnon à 4 pattes, ouvrez grands vos yeux sur tous les chiens qui l'entourent et attendent depuis si longtemps parfois de nouveaux maîtres. Vous ne pouvez pas savoir quel avenir attend celui que vous laissez là, en tout cas rien ne vous permet de croire, sincèrement, qu'il y sera mieux qu'avec vous.

Et avant de finir j'aimerais dire que j'entends parfois, trop souvent à vrai dire, des critiques contre les refuges, pourtant eux font de leur mieux. Si un chien est euthanasié, c'est son maître qui l'a conduit là, pas le refuge, victime du manque d'argent, de la surpopulation, de la maladie et de devoir offrir des chiens adoptables à ses « clients ». Se sont bien les maîtres de tous ses chiens et chats devenus sans foyers qui obligent les refuges à des pratiques qu'ensuite ils condamnent.

Alors j'aimerais vous dire pour terminer : ne prenez pas un animal de compagnie sans avoir bien mesuré au préalable ce à quoi vous vous engagez. La vie et l'avenir de cet animal sont entre vos mains, ne les gâchez pas.

Frédérique BASTIDON
Un monde d'amis
Avril 2012

zone_privée.png
newsletter_button.png agenda.png Lien sur Page Facebook d'un monde d'amis